Malgré les difficultés, la SCAD reste optimiste

L’activité de la SCAD (Société centrafricaine de déroulage), après avoir été suspendue de 2009 à 2012 en raison de nombreuses difficultés liées à la crise financière internationale et à l’instabilité du marché du bois, est aujourd’hui toujours difficile.

 

D’importants investissements ont été réalisés en 2012 pour relancer l’activité, avec plus de 1,5 milliard de FCFA pour l’achat de matériel : chaudière nouvelle génération, tracteurs, semi-remorques, 4x4, etc.

Mais le changement de régime politique en 2013 a remis en cause ce nouvel élan. Une crise sans précédent a frappé l’entreprise, victime de nombreuses violences. Les conséquences ont été dramatiques, avec la mort du chef d’équipe exploitation, le pillage d’une grande partie des équipements et le profond traumatisme de nos collaborateurs.

 

Aujourd’hui, la situation reste très compliquée, avec une activité très réduite, des investissements découragés par le contexte national et l’absence de financements bancaires. La société est actuellement à la recherche de ressources pour relancer durablement l’activité, dans un cadre respectueux des lois et règlements nationaux et internationaux.

 

La SCAD continue à croire en son potentiel et en un avenir meilleur pour la République Centrafricaine, dont elle est un acteur important. Le secteur forestier est l’une des « grappes de croissance » évoquées lors du récent Forum du secteur privé et la SCAD veut tout mettre en œuvre pour accompagner le pays dans son renouveau.